Catégories
Uncategorized

Matrice McKinsey : une matrice d’analyse d’activités

Au sein de toute forme d’entreprise, il est souvent difficile de connaître les activités qui doivent primer sur les autres. Ne disposant donc pas d’outils d’analyse efficaces, certaines entreprises promeuvent par inadvertance des activités qui mettent en péril leur rendement. C’est pour éviter de telles situations que la matrice McKinsey a été conçue dans les années 1970. Voyons un peu plus bas de quoi retourne celle-ci.

Présentation de la matrice McKinsey

Œuvre du cabinet McKinsey, la matrice McKinsey est un outil d’analyse et de décision stratégique des activités au sein de toute entreprise. Cette matrice se base sur deux différentes dimensions afin d’analyser chaque Domaine d’Activité Stratégique de la société. C’est cette analyse qui permettra ensuite de savoir les activités sur lesquelles seront concentrées les efforts ainsi que celles qu’il faut relancer plus tard.

C’est justement là que réside l’objectif principal de la matrice McKinsey. Cependant, il faut bien avouer que cette matrice est une version avancée de la dernière matrice d’analyse d’activités : la matrice BCG. En effet, la matrice atouts/attraits est plus performante que son prédécesseur. De plus, elle fonctionne sur la base de deux dimensions que sont l’attraction du marché et la force concurrentielle. En revanche, la précédente travaille sur la base de 3 dimensions.

Intérêts d’utiliser la matrice McKinsey

La matrice attraits/atouts offre l’avantage de s’adapter à différents profils d’entreprises ainsi que différents types de contexte. Utilisée au sein d’une entreprise, elle permet de déceler les atouts que possède cette dernière par rapport à ses concurrents. La matrice McKinsey permet également de prendre en considération les différentes particularités d’une entreprise et de ses activités.

La matrice McKinsey permet d’analyser l’attrait intrinsèque ainsi que la valeur d’une activité pour une entreprise. elle sert à évaluer les performances des Unités d’Affaires Stratégiques (UAS ). Ainsi, il est possible de déterminer les unités qui doivent être positionnées sur le marché ou celles qui doivent être lancées plus tard ou abandonnées. La matrice fournit aussi une méthode de réflexion et d’élaboration sur les critères utiles.

La matrice McKinsey : comment s’en servir ?

Comme nous l’avions déjà évoqué un peu plus haut, c’est sur la base de l’attraction du marché et de la force concurrentielle que chaque DAS est évalué. Cela signifie qu’il faudra rechercher ce que vaut chacune de ces dimensions. Cela est davantage nécessaire d’autant plus que ces valeurs permettront d’évoluer dans l’utilisation de la matrice McKinsey.  Pour cela, vous devez retenir que l’attrait du marché prend en compte :

  • la taille du marché
  • sa rentabilité
  • sa croissance
  • la variabilité de la demande
  • l’intensité de la concurrence

Il tient aussi compte du développement des technologies, des barrières à l’entrée, de la tendance des prix et bien d’autres.  Quant à la force concurrentielle, elle dépend de l’évolution et de la part du marché de l’entreprise, de la force relative de la marque. De même, elle dépend de la structure des coûts, de la marge bénéficiaire relative. Il y a aussi la fidélité des clients, la qualité des produits, les compétences managériales, les accès aux matières premières et bien d’autres.

Une fois les résultats de ces deux dimensions trouvées, l’utilisation de la matrice McKinsey exige de représenter chaque DAS dans l’une des 9 cases de la matrice. Le DAS est inscrit dans la case en tenant compte des prescriptions stratégiques contenues dans ces cases. A savoir qu’un DAS peut être représenté par un cercle. La taille de ce cercle doit correspondre à l’importance du DAS sur le marché. Son pourcentage correspond à la part de ce DAS sur le marché. Quant à la direction des flèches, elle décrit la tendance du DAS.  À la fin, il faut tenir compte de la position du DAS sur la grille pour savoir s’il faut le maintenir ou pas. Ainsi, lorsque ce dernier se retrouve dans la zone bleue foncée, alors sa position concurrentielle et son attraction sont favorables. Lorsqu’il est situé dans la zone blanche, alors il peut être maintenu mais sous réserve de conditions. S’il est situé dans une zone bleue claire, alors il faut le retirer.

Les insuffisances de la matrice McKinsey

Il est certes vrai que la matrice McKinsey est riche en termes d’analyse de perspectives d’actions et de positionnement stratégique. Malgré cela, elle présente quelques insuffisances. En effet, que ce soit pour les PME ou les TPE, c’est un outil à la fois complexe et long.  Elle représente une charge de travail très lourde en matière de collecte d’informations et d’identification des facteurs significatifs. Sa mise en œuvre exige une forte mobilisation en ressources aussi bien humaines que financières.

Au niveau de la matrice McKinsey, il est également déceler quelques failles. C’est l’exemple du fait que dans l’élaboration de cette matrice, les synergies entre les DAS ne sont pas prises en compte. Pour vous faciliter la tâche, faites appel à un professionnel.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *